« Chez moi, plus aucun collaborateur ne doit soulever des charges lourdes. »

Comment un U 530 s’est transformé en machine à recruter.

Michael Bürsner d’Immendingen, dans le district de Tuttlingen, dirige une entreprise de sanitaire et chauffage tout à fait normale. Faux ! Quel chauffagiste peut se targuer d’avoir son propre Unimog ? « Acheter un Unimog a été une super idée », se réjouit Michael Bürsner. En effet, tout le monde ou presque dans sa région connaît son U 530 peint en noir avec 299 ch sous le capot et doté d’une grue Palfinger (26 mètres) également peinte en noir.

Il a grandi dans l’agriculture de ses parents.

Il suffit de regarder la déco : la cabine est ornée d’un monogramme « Monster » vert fluo éclatant qui ne passe pas inaperçu. La puissance promise par la boisson énergétique du même nom, Michael Bürsner l’a déjà dans le sang : Ayant grandi dans l’exploitation agricole de ses parents, il a toujours été fasciné par les machines. Et lorsqu’il s’est mis à son compte il y a dix ans, sa première grosse acquisition a été un chargeur télescopique de six mètres de portée. Mais celui-ci s’est vite avéré superflu et a été remplacé par un modèle de onze mètres. Et comme Michael super héros était depuis longtemps connu comme le loup blanc avec son entreprise, il a désormais ajouté l’Unimog et une grue de 26 mètres de long. Les exigences envers son entreprise sont devenues de plus en plus pointues.

1/6

« Grâce à cela, je reçois même des candidatures d’excellents spécialistes. »

« Entre-temps, le bruit s’est répandu que mes collaborateurs n’ont pratiquement plus à soulever de charges lourdes. Chaudières, corps chauffants, matériaux de construction - tout est déplacé à l’aide de la grue. Grâce à cela, je reçois même des candidatures d’excellents spécialistes », s’enthousiasme le maître artisan en plomberie, chauffage et ventilation. Avec son équipe, il répare des cheminées, construit des installations photovoltaïques et livre des baignoires et des jacuzzis - le tout accroché au crochet de son « monstre » noir. Avec son faible rayon de braquage, l’Unimog porte-outils est idéal pour se rendre de manière flexible sur chaque chantier dans les zones résidentielles.

Toujours opérationnel.

Michael utilise l’U 530 à 70 % pour son entreprise. Les 30 % restants, l’Unimog est utilisé par d’autres artisans : monter des murs pour le charpentier ou démolir des balcons pour le carottier - super Michael se réjouit toujours lorsqu’on a besoin de lui. L’équipement de son Unimog U 530 est presque complet. Au-dessus du dispositif d’attelage, il a fait installer une boîte supplémentaire pour les sangles et les chaînes. À l’avant, un lest adéquat assure la stabilité nécessaire. Sur le plateau, il transporte en permanence aussi bien la nacelle que la fourche à palettes. « Je suis toujours prêt à intervenir immédiatement, je ne dépends de personne d’autre et je peux me rendre à tout moment sur n’importe quel terrain - d’où je suis sûr de pouvoir ressortir avec l’Unimog », se réjouit Michael Bürsner.

Le samedi, c’est la journée Unimog père et fils.

Il réussit même à recruter des collaborateurs au sein de sa propre famille : son fils Nico (6 ans) est tout aussi atteint par la fièvre Unimog que son père. Le samedi, c’est la journée Unimog père et fils - quoi qu’il arrive ! La deuxième génération de chefs y veille de manière très affirmée.

Projet mis en œuvre avec l’agence générale Unimog :

Knoblauch GmbH

visible-md and up (hidden-sm and down)
visible-lg and up (hidden-md and down)
visible-xl