Un Saint Florian à transmission intégrale.

L’Unimog U 218 : un véhicule sur mesure pour les missions spéciales.

Lorsqu’ils doivent intervenir en dehors des sentiers battus, les véhicules de lutte contre l’incendie classiques doivent souvent déclarer forfait car ils sont trop gros, trop lourds et trop peu maniables pour pouvoir s’approcher au plus près des flammes. Depuis la fin 2015, les sapeurs-pompiers de la commune d’Oer-Erkenschwick (Allemagne) utilisent un fourgon tonne-pompe carrossé sur Unimog, doté d’un équipement très intéressant.

Forte de 120 décibels, la sirène se met soudain à hurler. Malgré le trafic matinal des automobilistes se rendant à leur travail, Marco Röder a la voie libre. Au bout de huit petites minutes, il arrive sur le lieu d’intervention, un camping. Est-ce un barbecue ou un rideau de caravane qui a pris feu, ou bien faut-il s’attendre à pire ? « Pas de panique ! Ce n’est rien qu’un exercice », explique le soldat du feu pendant que ses collègues déroulent en un éclair les tuyaux de 50 mètres pour s’attaquer au foyer d’incendie supposé. Michael Neumann, Lutz Böhm et Florian Cornelius forment une équipe parfaitement rodée. « La rapidité, c’est une chose, mais ce qui compte avant tout, c’est que tous les gestes soient sûrs », confie Michael Wolters, le porte-parole du centre d’incendie et de secours d’Oer-Erkenschwick. Il est de la partie car il a pour mission de prendre des photos de l’intervention afin d’alimenter la page du service d’incendie sur les réseaux sociaux avec des images du nouvel Unimog U 218.

Une équipe soudée.

Le service d’incendie de la commune de 30 000 habitants compte un effectif de plus de 100 pompiers volontaires, un excellent chiffre. Michael Wolters est responsable des relations publiques et, en même temps, chef de l’unité n° 1 d’Erkenschwick dont la mission est de protéger le centre-ville des incendies. L’unité n° 2 est affectée aux zones industrielles, aux entreprises artisanales et aux quartiers résidentiels. La zone d’intervention de l’unité n° 3 est située à proximité de la Haard. « Dans cette zone, il y a beaucoup d’agriculture et une grande forêt à côté des quartiers résidentiels. Autant dire que nos gros camions rouges n’y ont pas leur place. »

Une panoplie d’équipements spéciaux.

Dans ce secteur, les pompiers utilisaient jusqu’ici petit U 20 pour les missions tout-terrain. « L’Unimog offrait une maniabilité satisfaisante pour la lutte contre le feu et les secours ». Cependant, pour des questions de protection de l’environnement et d’ancienneté, l’heure de la retraite devait sonner en 2015 avec l’arrivée d’un remplaçant. Pour autant, le modèle U 218 choisi était trop court pour répondre aux exigences de la norme DIN applicable aux fourgons pompes-tonnes modifiée en avril 2011, laquelle prescrivait désormais un volume de 2 000 litres pour les citernes. C’est ainsi que l’empattement du véhicule a été porté de 2,8 à 3,6 mètres, offrant ainsi suffisamment d’espace pour loger le matériel de lutte contre l’incendie, les vêtements de protection ainsi que les équipements de sauvetage, de secourisme et de réanimation. Pour atteindre une pression de 6 bars, la pompe doit avoir un débit d’au moins 100 l/min. Un refroidisseur de retour intégré évite que la température de l’eau n’augmente trop.

Des solutions astucieuses pour faire face aux températures élevées.

La chaleur ne pose pas seulement un problème pour l’extinction du feu, mais aussi pour les pneus de 20 pouces à grosses sculptures. Afin que les « semelles » du véhicule ne chauffent pas trop, l’entreprise Schlingmann, spécialisée dans le carrossage pour les services d’incendie, a monté à l’avant une installation d’arrosage d’autoprotection intelligente dont la pression est modulée à l’aide de la pédale d’accélérateur. Des buses capables de pulvériser de l’eau jusqu’à une pression de huit bars se chargent de protéger les jantes et les pneus contre la fournaise.

« Avec l’U 218 L, nous pouvons nous approcher nettement plus près des foyers d’incendie reculés dans les forêts et les champs. Avec les gros véhicules, c’est totalement impossible. » L’Unimog n’est pas le seul à être petit et maniable. Les nouveaux équipements de lutte contre le feu de cette petite boule d’énergie de 177 ch sont eux aussi adaptés au gabarit du véhicule. « L’appareillage du véhicule est nettement plus pratique que celui utilisé pour les tuyaux classiques de 42, 52 ou 70 mm », explique Lutz Böhm.

A l’essai : des sacs à dos de lutte contre le feu.

Parmi l’outillage du nouveau camion rouge pompier répondant au nom d’Oer TLF 2000-1 lors des échanges radio, on compte, conformément à la norme DIN 14530-18, non seulement une hachette, une hache à fendre, un râteau, une bêche, une pelle et un balai, mais aussi un nouvel outil multifonctions de 5,5 kg baptisé « Halligan Tool ». D’une longueur de 750 mm, cet outil semblable à un pied de biche doté d’une tête à herminette provient des Etats-Unis et associe une fourche avec dents parallèles et une tête fourchue avec une dent plate et une dent pointue. « Celle-ci peut être utilisée pour briser des vitres », explique Michael Wolters. Le véhicule compte également des sacs à dos de lutte contre le feu à son bord. Dotés de réservoirs spéciaux de 19 litres, les sacs à dos sont testés sur le terrain par Lutz Böhm et Florian Cornelius.

grande affluence lors de la présentation de véhicules d'incendie organisée par la représentation générale Unimog RKF-Bleses.

Même le système d’échappement a été conçu sur mesure pour la lutte contre les incendies.

Le premier U 218 en version fourgon tonne-pompe TLF 2000 a été présenté par Daimler l’an dernier, lors du salon Interschutz, et immédiatement vendu. « Entre-temps, d’autres véhicules sont déjà en cours de production car les échos dépassent les attentes, se félicite Andreas Beckschulze, conseiller commercial Unimog de l’entreprise RKF-Bleses située à Münster (Allemagne). La lutte contre l’incendie est depuis toujours une spécialité du véhicule polyvalent. En effet, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Unimog a fait de la lutte contre l’incendie et de la protection civile l’un de ses domaines de prédilection. Le haut de gamme est constitué par les modèles à haute mobilité, que l’on retrouve principalement en Espagne, en France et en Grèce pour la lutte contre les incendies de forêt et les feux de grande ampleur. « Grâce à leur gabarit compact, les nouveaux modèles sont prédestinés aux missions spéciales et aux interventions dans des régions à topographie moyenne », explique Andreas Beckschulze.

Très maniable, le modèle à moteur 4 cylindres Euro 6 dispose de tous les équipements nécessaires, comme par exemple un tuyau d’échappement déplacé vers le bas, une solution un peu fastidieuse mais qui s’avère très avantageuse sur le terrain. La prise de force avant a quant à elle été supprimée au profit d’autres équipements plus utiles sur le U 218, comme l’équipement de signalisation qui permet de réveiller immédiatement les conducteurs les moins attentifs. Marco Röder appuie sur les boutons correspondants pour déclencher la sirène, marquant ainsi la fin de l’exercice maîtrisé avec professionnalisme. Impossible de ne pas entendre l’avertisseur pneumatique à quatre trompes qui annonce de loin l’arrivée du camion rouge de Wörth.

Source : Unimog Magazin 2/2016
Texte : Gerfried Vogt
Photos : Martin Heying

hidden-xs
visible-md and up (hidden-sm and down)
visible-lg and up (hidden-md and down)
visible-xl