Multifonctionnel – sur le canal et ses abords.

Traction, roulage dans la vase, pelletage, évacuation : le U 530 du canal de Kiel sait tout faire.

Pour garantir le fonctionnement du canal de Kiel, c'est un U 530 à bras excavateur que l'office des cours d'eau et du transport fluvial de Brunsbüttel utilise depuis 2018 pour les opérations de creusement et de levage. Les missions de transport sont très variées et l'Unimog est un outil parfaitement adapté.

Le canal de Kiel est la voie d'eau artificielle la plus fréquentée du monde. Cette liaison importante doit donc être fonctionnelle à tout moment, aussi bien pour la voie d'eau que pour les ouvrages tels que les ponts et les écluses. De Brunsbüttel à Breiholz, c'est l'office des voies d'eau et du transport fluvial de Brunsbüttel qui est chargé de ce travail. Entre le kilomètre 10,0 et le kilomètre 49,5 ainsi sur la voie secondaire de Gieselau au niveau de la jonction avec la rivière Eider, c'est l'antenne de Hochdonn, là où travaillent Daniel Thomsen et ses collègues, qui œuvre chaque jour pour garantir le bon fonctionnement du canal.

Depuis juillet 2018, l'office dispose d'un outil performant, à la fois tracteur puissant et engin ultrapolyvalent, un U 530 neuf doté d'équipements spéciaux. « Évidemment, le transport est une de nos tâches principales, car nous sommes en permanence en train de consolider et de renforcer les rives », explique le collaborateur de l'administration locale.

Mais outre l'entretien de l'empierrement, nous devons aussi souvent mettre à jour les conduites d'évacuation. « Et puis il y a aussi l'entretien de la végétation qui nous amène à utiliser nos véhicules tous les jours », affirme-t-il, ajoutant qu'il était très heureux que l'ancien U 1400 ait maintenant un successeur plus moderne. Selon ses utilisateurs, l'ancien s'était montré digne de ce qu'on attendait de lui. « Comme on dit souvent : tout s'est passé comme sur des roulettes. En 18 000 heures, c'est-à-dire sur les 18 ans de loyaux services rendus par le 1400 orange avec son excavateur Schaeff, nous n'avons eu à subir qu'une défaillance d'un réducteur de roue. L'embrayage est même toujours celui d'origine », s'enthousiasme Daniel Thomsen.

Un équipement spécial pour creuser et bien d'autres choses encore.

Le porte-outils U 530 est plus puissant et plus polyvalent que son prédécesseur. Il est de plus équipé d'un bras excavateur ematec qui permet de creuser et de pelleter dans un espace extrêmement réduit. Le bras excavateur dispose de quatre supports, dont les flèches de soutien sont orientables et montables manuellement ainsi que repliables au moyen d'un vérin hydraulique. Ainsi, les 3,5 tonnes supplémentaires que représente la plateforme tournante sont toujours à l'équilibre, même lorsque la charge de travail est maximale.

Avec son bras articulé, la grue affiche une hauteur de dix mètres au crochet et permet de creuser jusqu'à une profondeur de quatre mètres grâce au godet à deux coques. La pression de service requise est de 300 bar. La pompe à pistons axiaux a besoin pour ce faire d'une puissance de 45 kW, ce qui ne pose aucun problème compte tenu de la puissance du moteur six-cylindres et de la prise de force de l'Unimog. En chargement comme en creusement, Daniel Thomsen se félicite des excellentes conditions de visibilité offertes par la cabine. « La levier de commande à leviers croisés qui est placée dans l'accoudoir nous offre un haut niveau de confort de travail. »

Traction, roulage dans la vase, pelletage, évacuation.

« Le plus souvent, avant de les évacuer, nous devons sortir de l'eau les troncs d'arbre et les branches au moyen du treuil à câble. Ce dernier a une capacité de traction qui peut atteindre 6,5 tonnes ! » Pour ne pas endommager les sols, le U 530 est équipé de pneus à sculpture extra-profonde et d'un système de régulation de la pression des pneus. « Ainsi équipés, nous profitons d'une motricité maximale du véhicule, par exemple quand le sol est détrempé aux endroits où nous élargissons le canal », explique Daniel Thomsen. « C'est là où nous pompons la vase et où le sol se transforme rapidement en une masse presque liquide. Si nous n'avions pas la possibilité de diminuer la pression des pneu afin d'augmenter la surface de contact avec le sol, nous ne pourrions pas faire grand-chose. »

Mais le nouvel Unimog sert aussi de chasse-neige en hiver. Avec cette fréquence d'utilisation, la machine à tout faire orange et blanche va bientôt dépasser les 1000 heures de service en seulement douze mois.

Texte : Gerfried Vogt-Möbs, photos : Daimler AG

hidden-xs
visible-md and up (hidden-sm and down)
visible-lg and up (hidden-md and down)
visible-xl