Ingénierie et esprit pionnier.

1946–1955 | Les premières années de l'Unimog et les premiers modèles de réussite.

Depuis maintenant 75 ans, l'Unimog incarne comme aucun autre véhicule l'efficacité, la flexibilité et des propriétés Offroad légendaires. La pierre fondatrice de cette histoire à succès a été posée par des ingénieurs inventifs qui avaient pour objectif d'exploiter au maximum la polyvalence du véhicule universel.

La naissance de l'Unimog.

Albert Friedrich est l'un des pères fondateurs de l'Unimog. Juste après la deuxième guerre mondiale, l'ancien responsable de la fabrication de moteurs d'avion Daimler-Benz a identifié les besoins énormes en tracteurs agricoles pour les petites et moyennes exploitations de l'agriculture allemande. Des capacités tout-terrain, tout comme la possibilité de rééquipement aisé pour des utilisations très diverses étaient primordiales.

Sur le terrain de la société Erhard & Söhne à Schwäbisch Gmünd, une équipe engagée autour des ingénieurs Albert Friedrich, Heinrich Rößler et Hans Zabel a conçu et testé à partir de 1946 les premiers prototypes d'un véhicule industriel de ce type. C'est également à Hans Zabel que l'on doit l'abréviation « Unimog », qui provient du nom de projet allemand « Universal-Motor-Gerät für die Landwirtschaft » (appareil à moteur universel destiné à l'agriculture).

Lancement de l'Unimog Boehringer.

Au terme de la phase de développement, les ingénieurs ont obtenu un véhicule avec transmission intégrale, blocages de différentiel et essieux portiques, conforme à toutes les exigences en termes de forces de traction et de puissance de transport, et une vitesse de 50 km/h. En outre, il était possible de monter des outils rapportés sur tous les côtés – un avantage décisif par rapport au tracteur classique, qui n'offrait cette possibilité qu'au niveau de la partie arrière. En ce qui concerne le moteur, ils ont opté pour l'OM 636 de Daimler-Benz qui, comme tout bon moteur diesel robuste, garantissait également un fonctionnement économique.

C'est en 1948 que l'Unimog a été présenté pour la première fois à un public spécialisé lors du salon DLG à Francfort. Il y a rencontré un franc succès, notamment en raison de ses excellentes caractéristiques de conduite en tout-terrain et sur route, de sa simplicité d'utilisation et de sa grande polyvalence. La même année a eu lieu la première fabrication de série dans l'usine des frères Boehringer à Göppingen, qui avaient déjà fourni des pièces coulées pour les prototypes.

Le signe distinctif de la première série 70200, qui a été produite à environ 600 exemplaires, est le logo en forme de tête d'aurochs. Aujourd'hui encore, il existe environ 120 modèles de l'Unimog Boehringer de cette époque, beaucoup sont même encore en état de rouler.

Gaggenau devient le berceau de l'Unimog.

Mais face à la demande croissante, venant également de plus en plus souvent de pays autres que l'Allemagne, les capacités de production des Boehringer n'étaient plus suffisantes. Un contrat de reprise a été conclu avec Daimler-Benz et la production a finalement débuté en 1951 dans l'usine pour camions de Gaggenau. Quelques rares modifications sur le véhicule, toujours commercialisé sous l'appellation « Unimog 25 PS », ont permis, sous la forme de la nouvelle série 2010, d'augmenter considérablement le nombre de véhicules quittant les chaînes de montage grâce à des processus de fabrication rationnels. Ainsi, au cours des sept premiers mois de l'année 1951, un peu plus de 1 000 exemplaires ont été produits à Gaggenau.

Des prises de force améliorées ont permis de nouvelles possibilités d'utilisation dans l'exploitation forestière mais également pour les travaux des champs. Les travaux qui nécessitaient jusqu'alors beaucoup de main-d'œuvre, pouvaient désormais être réalisés par une seule personne. D'autres utilisations de l'Unimog ont vite fait leur apparition, comme véhicule pour les pompiers ou pour la construction de routes notamment.

Les séries Unimog U 401 et 402.

A partir de 1953, Daimler-Benz a commencé à fabriquer à Gaggenau la nouvelle série 400 de l'Unimog. Alors que sur le U 401 l'empattement de 1 720 mm n'a pas été modifié, l'U 402 propose une variante plus longue avec 2 120 mm. Les deux modèles étaient pour la première fois disponibles avec une cabine fermée. Les phares proéminents de la série lui ont vite valu le surnom d'« yeux de grenouille ». Une autre nouveauté importante a également fait son apparition : la tête d'aurochs a été remplacée par l'étoile Mercedes-Benz sur le capot avant.

En raison de la cabine fermée et de la possibilité d'installation de plateaux basculants à air comprimé, les communes ont commencé à s'intéresser de plus en plus à l'Unimog, en plus des entreprises de construction, de la poste et du transport ferroviaire. En effet, le véhicule pouvait non seulement être utilisé pendant les saisons tempérées pour les tâches les plus diverses, mais également pour le service hivernal. Le système d'air comprimé a permis d'accroître encore l'éventail de remorques et d'outils rapportés.

L'excellente qualité de ce véhicule polyvalent s'est répandue comme une traînée de poudre : en 1954, l'Unimog a obtenu la très convoitée plaquette forestière pour ses capacités opérationnelles dans l'exploitation forestière. Et ce n'était que le début d'une longue série de récompenses et de distinctions dans les secteurs les plus divers.

Le prototype Unimog U1 avec faucheuse frontale et une charrue montée à l'arrière a été conçu pour le travail agricole.
Pour vider les bacs collecteurs des boues dans les égouts, l'Unimog U 25, série 2010, a été utilisé dans une version tracteur avec semi-remorque Haller
La planteuse de pommes de terre semi-automatique à l'arrière d'un Unimog U 25 fait partie des outils rapportés les plus populaires pendant les premières années de l'Unimog.
L'Unimog série 70200 a fait ses preuves en tant que véhicule de pompiers avec rehausse d'appareil et pompe pour l'extinction d'incendies.
Exemplaire rare : Une série 402 comme tracteur de semi-remorque avec semi-remorque pour le transport des personnes sur une piste d'aéroport.
Cet Unimog U25, série 401 porte l'étoile iconique Mercedes-Benz sur le capot.
L'Unimog U25 des séries 2010 (à gauche avec broyeuse et autochargeuse) et 401 (à droite avec arracheuse de betteraves) permettent de gagner du temps et d'économiser de la main-d'œuvre lors de la récole de betteraves.
L'Unimog U25, série 2010 avec remorque transporte du bois de chauffage.
Le professionnel du transport Unimog U25, série 2010 transporte en 1954 un bulldozer des services publics urbains à Jakarta/Indonésie.
Sur le chantier, l'Unimog U25, série 402 en version tracteur de semi-remorque avec Donges Unikran.
Publicité année 1951 : A l'époque déjà, les bons arguments en faveur d'Unimog ne manquaient pas.
Le prototype Unimog U1 avec faucheuse frontale et une charrue montée à l'arrière a été conçu pour le travail agricole.
1/11

Le début d'une histoire à succès.

Au cours des dix premières années, l'Unimog séduisait déjà avec les mêmes arguments que ceux qui le caractérisent jusqu'à aujourd'hui : l'association entre capacité tout-terrain et conduite relativement rapide sur route, son large éventail d'applications avec d'innombrables possibilités de montage d'outils rapportés et superstructures ainsi que la grande qualité et la résistance de ses pièces.

Conçu à l'origine pour le secteur agricole, l'Unimog a vite conquis de nombreuses autres branches et s'est vite fait une place dans les parcs automobiles des villes et des communes, comme dans l'exploitation forestière ou chez les prestataires de services. Nombreux sont les clients des débuts qui sont restés fidèles à l'Unimog jusqu'à aujourd'hui, génération après génération.

Vous voulez la suite ?

Les chapitres suivants de l'émouvante histoire à succès de l'Unimog paraîtront au cours des prochains mois. Ne manquez aucun article avec l'abonnement gratuit Unimog E-News.

Inscrivez-vous maintenant

hidden-xs
visible-md and up (hidden-sm and down)
visible-lg and up (hidden-md and down)
visible-xl