Un Unimog pour toutes les missions.

Déblayer, épandre, transporter – L'Unimog U 530 à Bayrischzell.

Martin Storr accueille un nouveau talent au sein de sa flotte. Peu après son entrée en fonction, il a pu constater les incroyables performances de l'Unimog dans des conditions difficiles. En effet, en janvier, la commune de Bayrischzell a été déclarée zone sinistrée après d'abondantes chutes de neige.

200 heures de fonctionnement en seulement trois semaines – 5.000 kilomètres avec le chasse-neige et des réservoirs de produits à épandre pleins. Une belle entrée en matière pour un véhicule dont on vient à peine de décoller l'étiquette de prix. « Impossible de se familiariser plus que cela avec un véhicule », résume Martin Storr, qui accorde à son Unimog une demi-journée de repos après avoir déblayé la neige une semaine durant.

Service hivernal extrême – un cas exceptionnel même à Bayrischzell, une station de sports d'hiver appréciée, près du Wendelstein. Un paradoxe : alors que les hivers précédents, il a fallu enneiger les domaines skiables de moyenne altitude, les responsables ont été littéralement ensevelis. Même sur les contreforts des Alpes, il est difficile de se préparer à des chutes de neige telles que celles qui ont touché Bayrischzell pendant la première quinzaine de janvier 2019.

Une mission de 72 heures en non-stop – aucun problème avec l'Unimog.

Plus d'un mètre de neige fraîche en seulement 48 heures – du travail en continu pour l'équipe de Martin Storr. « Nous avons organisé six équipes travaillant 12 heures consécutives pour dégager les routes », explique fièrement l'entrepreneur de 36 ans. Le seul problème fut les températures trop élevées, notamment en journée. La superstructure Gmeiner du nouvel Unimog est équipée d'un réservoir de saumure et d'un réservoir de sel de déneigement. « Nous devions régulièrement nous adapter aux consignes de la Direction des routes et de la circulation routière et choisir la bonne combinaison de produits à épandre », explique le professionnel du service hivernal. La saumure associée au sel de déneigement combat le verglas seulement jusqu'à -2 ou -3°. Si la température baisse encore pendant la nuit, le service hivernal doit immédiatement épandre du sel de déneigement pour garantir la sécurité sur la route.

Une semaine après cet événement exceptionnel, une sortie de contrôle a permis de constater le travail monumental accompli par l'Unimog. Georg Scharmann quitte la route principale qui relie Bayrischzell à Schliersee pour rejoindre une route secondaire. À gauche et à droite de la route s'élèvent des murs de neige d'une hauteur de 1 m 50.
La lame biaise doit toutefois dégager la mince couche de neige fraîche et de glace qui s'est formée sur la route. « La conduite doit être très précise car lorsque la lame s'incline à droite ou à gauche dans le mur de neige, le choc est assez violent », poursuit M. Scharmann.

Martin Storr vante l'excellent confort de marche et le faible niveau de bruit, mais surtout la polyvalence et la puissance de son nouvel U 530.
Le réservoir de saumure et le réservoir de sel de déneigement permettent d'adapter facilement l'intervention aux conditions routières.
Lorsqu'il ne déblaie pas, Martin Storr transporte près de 50.000 m³ de copeaux de bois.
Martin Storr vante l'excellent confort de marche et le faible niveau de bruit, mais surtout la polyvalence et la puissance de son nouvel U 530.
1/10

Un peu plus tard, une sortie de contrôle est prévue en direction de Sudelfeld. Aujourd'hui le soleil brille, attirant les skieurs munichois sur les pistes parfaitement damées et les randonneurs à ski désireux de découvrir le merveilleux paysage hivernal. Ce que font les engins de damage entre les remontées mécaniques, nous le réalisons autour du domaine skiable », explique l'entrepreneur de travaux à façon Martin Storr. En effet, outre les voies d'accès au domaine skiable, il doit dégager la neige et le verglas des places de stationnement et des chemins d'approvisionnement.

Sa propre centrale électrique pour une chaleur bienfaisante.

Lorsque Martin Storr a créé son entreprise en 2006, il se déplaçait plutôt à skis au lieu de déblayer les routes comme aujourd'hui. « Tout a commencé par une idée qui m'est venue dans un refuge de montagne », se souvient-il. Un ami a remarqué que sa cour était bien située et lui a demandé s'il ne voulait pas ajouter un véhicule de transport de copeaux de bois. Sitôt dit, sitôt fait : après avoir acheté un premier tracteur, Martin Storr s'est lancé dans le transport de copeaux de bois. Il a ensuite étendu sa flotte e bâti un entrepôt de stockage des copeaux de bois.

Deux ans plus tard, il était déjà bien implanté dans son secteur d'activité. Entre-temps, il a fait construire une centrale de chauffage aux copeaux de bois qui approvisionne sa commune en énergie et en chaleur tout au long de l'année. Une seconde centrale a vu le jour dans la localité voisine, exigeant une nouvelle extension de sa flotte de véhicules. En effet, les centrales à elles seules consomment 50.000 mètres cubes de copeaux de bois par an. C'est ainsi que la flotte de M. Storr compte à présent deux camions de 40 t équipés de conteneurs à rouleaux et un troisième Unimog. Ce dernier ravit tout particulièrement l'entrepreneur : « Grâce au suivi remarquable de Harald Medl de la société Henne Nutzfahrzeuge, le nouvel U 530 répond parfaitement à nos attentes. Le confort de marche et son maniement sont impressionnants, même dans les conditions météorologiques extrêmes. Nous avons accordé de l'importance aux détails, en ajoutant notamment un dispositif de régulation de la pression des pneus et un dispositif d'attelage Scharmüller. »

L'activité a démarré (presque) toute seule.

Lorsqu'on lui demande s'il doit prospecter pour exploiter pleinement sa flotte de véhicules, l'entrepreneur autodidacte répond en souriant. « Dans notre secteur, on travaille généralement avec des contrats à long terme selon des conditions fermes – tant que la prestation est à la hauteur et que l'équipe est prête à travailler dur et pendant de longues heures ». Martin Storr ne rencontre qu'un seul problème : « Même ici, à la campagne, on a du mal à recruter des chauffeurs capables de relever les défis de nos missions. » L'entreprise de M. Storr emploie six chauffeurs en contrat à durée indéterminée. Même si le nombre de missions reste stable, deux professionnels du transport en plus ne seraient pas de trop, estime le responsable en tournant dans la cour de son entreprise.

Pour venir à bout des milliers de mètres cubes de copeaux de bois que gère, brûle et transporte M. Storr pour approvisionner ses clients situés en Bavière et dans le Tyrol, l'Unimog ne fait pas de pause en été. Durant la belle saison, Martin Storr approvisionne de nombreux entrepôts de copeaux de bois et son 530 lui sert de véhicule tracteur rapide et agile pour son semi-remorque à plancher coulissant. Il dispose ainsi d'un attelage parfaitement adapté aux exigences logistiques des copeaux de bois. La nouvelle vedette de la flotte montrera une fois de plus toutes ses qualités cet été, après ses débuts prometteurs cet hiver.

hidden-xs
visible-md and up (hidden-sm and down)
visible-lg and up (hidden-md and down)
visible-xl