La fiabilité a
un nom : ELMO.

Tour du monde à bord du véhicule d'expédition Unimog – Partie 2.

L'équipe ELMO, composée de Sonja, Dirk et de leur Unimog construit en 1992, a déjà parcouru plus de 45.000 kilomètres autour du monde. Sans souffrir aucune panne. Dans la deuxième partie de notre entretien, les courageux aventuriers nous expliquent ce qu'ils ont transformé sur leur Unimog U 427 1450 L et nous parlent des destinations fascinantes qu'ils souhaitent atteindre à bord de leur ELMO.

Tour du monde avec le véhicule d'expédition Unimog – 1ere partie

Transformation du véhicule d'expédition Unimog.

Un tour du monde exige de préparer son véhicule d'expédition. Comment avez-vous transformé votre Unimog ?

Dirk : Nous avons trouvé ELMO en Belgique. Il dormait dans un entrepôt depuis longtemps. Il a donc d'abord fallu émigrer. Comme pour une voiture laissée longtemps au garage, nous l'avons soumis à un contrôle approfondi. Nous avons remplacé toutes les plaquettes de freins et vidangé tous les liquides.

Sonja : Nous en avons profité pour nous débarrasser du chauffage au gaz et faire poser un chauffage diesel plus adapté. Nous avons également modernisé le système électrique. Nous avons laissé l'intérieur de la superstructure tel quel, avec la table et les banquettes convertibles en lit. Généralement, nous ne replions pas le lit, car nous préférons nous asseoir à l'extérieur. Le véhicule comprenait déjà une cuisine et une salle de bains. Nous les avons simplement adaptées à nos besoins. Nous avons notamment ajouté un lavabo et posé une nouvelle douche.

Mécanicien automobile et deux roues : Dirk Erker a réalisé lui-même de nombreux travaux sur ELMO.
Il a soudé les barres de toit sur l'Unimog...
...tout comme le réservoir supplémentaire, ...
...l'échelle escamotable bien pratique...
... et la console de toit pour l'autoradio et l'émetteur-récepteur radio.
ELMO a également été équipé de sièges plus confortables.
Mécanicien automobile et deux roues : Dirk Erker a réalisé lui-même de nombreux travaux sur ELMO.
1/6

Dirk : Nous avons ajouté des barres de toit, une échelle et un pare-buffle. Nous avons soudé tous ces équipements nous-mêmes. Tout comme la console de toit pour l'autoradio, l'émetteur-récepteur radio et les rangements. Nous avons aussi monté des sièges suspendus, comme ceux utilisés dans l'armée – ils sont toutefois mécaniques et non pas à suspension pneumatique. Ils proviennent de la cellule sanitaire de l'armée. Nous avons ensuite installé une caisse de rangement centrale. Nous disposons ainsi de plus de rangements. Avec 6,6 t, nous voyageons très léger. Ce poids comprend 200 l d'eau et 370 l de carburant. Le carburant nous permet de parcourir environ 2.000 km. C'est pour cela que nous avons ajouté un second réservoir – mais nous devons toujours transvaser. Puis, nous avons insonorisé l'Unimog car le niveau sonore atteignait 100 dB dans l'espace passagers. Heureusement, nous avons trouvé un kit d'insonorisation adapté. L'insonorisation a une épaisseur de 2,5 cm et nous a permis de passer en-dessous de 80 dB. Maintenant, on peut au moins se parler. Pendant notre premier trajet vers la Saxe, nous avons remarqué qu'ELMO peinait en montagne. Tous les camions nous dépassaient. Nous avons donc augmenté sa puissance. Le véhicule déployait 135 ch mais nous l'avons poussé jusqu'à 164 ch – je ne voulais pas aller au-delà. Nous avons donc résolu le problème et il franchit désormais facilement les cols de montagne. Nous n'avons rien changé au moteur, à la boîte de vitesses ni à la chaîne cinématique. Seuls les amortisseurs ont dû être remplacés. Nous étions déjà en Mongolie.

De nouveaux amortisseurs pour ELMO.

Comment cela s'est-il passé ? J'imagine qu'il était difficile de se procurer de telles pièces en Mongolie.

Dirk : C'était à cause d'une erreur de construction. Lorsque le châssis a été posé à l'arrière, c'est-à-dire la plaque support pour la superstructure, les ailes ont été installées trop bas. Lorsque les amortisseurs ont commencé à osciller en tout-terrain, les ailes heurtaient les pneumatiques. En Crimée, quand j'ai compris le problème, j'ai démonté les ailes et je les ai soudées plus haut. Mais la superstructure risquait de se mettre à balancer. C'est ce qui est arrivé sur le Pamir. Nous avons pris peur quand la superstructure est devenue instable. Il s'est avéré que les amortisseurs étaient usés. Nous n'aurions pas pu le savoir avant. Nous avons donc dû trouver une solution en cours de route. Mon fournisseur a vérifié le numéro du véhicule et la référence des amortisseurs avant de lever les yeux au ciel. « Écoute Dirk, m'a-t-il dit, ces amortisseurs en sont déjà à leur cinquième génération et personne ne les posera. Il te faut quelque chose de plus récent ». Il nous a donc envoyé un colis qui est arrivé avant nous en Mongolie. Lors du remplacement des amortisseurs, l'Unimog a subi un contrôle approfondi, notamment des soupapes. Après cela, nous avons récupéré un véhicule presque neuf.

Quel achat ! L'Unimog n'a subi aucun dommage, pas même un petit joint défectueux.

Dirk Erker, mécanicien automobile et deux roues parti pour faire le tour du monde

Qu'en est-il de l'entretien ? Y avait-il beaucoup à faire pour qu'ELMO reste en forme ?

Dirk : Je fais la vidange d'huile moteur tous les 20.000 km. Je vidange l'huile de l'essieu avant à 40.000 km, ce qui nécessite une petite transformation. J'utilise des récipients spéciaux pour éviter que l'huile ne disparaisse dans les essieux lorsque nous roulons vite sur l'autoroute. Au préalable, j'avais appelé Gaggenau. Ils m'ont recommandé une huile spéciale pour la boîte de vitesses et les essieux portiques. Tout a très bien fonctionné. Lors de la vidange, nous n'avons trouvé aucun copeau, uniquement une abrasion normale. Au Tadjikistan, j'ai dû une fois faire chauffer les freins en descendant une montagne. Nous nous sommes arrêtés et avons constaté que le liquide de frein fuyait du réservoir de trop-plein. La température est montée à 200° sur l'essieu. Le lendemain, nous nous sommes à nouveau penchés dessus. Les disques de freins avant étaient légèrement bleus, mais la coloration s'est estompée au bout de deux jours. C'est là que je me suis dit : « Quel achat ! ». L'Unimog n'a subi aucun dommage, pas même un petit joint défectueux.

Mis à part les amortisseurs, avez-vous modifié d'autres choses sur l'Unimog pendant le voyage ?

Dirk : En Mongolie, nous avons remarqué que malgré de bonnes batteries, nous n'avions pas suffisamment de courant dans la superstructure. Nous avons donc décidé d'installer des panneaux solaires…

Sonja : …ce qui a donné de très bons résultats sous le soleil australien.

Dirk : C'est vrai. À Melbourne, nous avons rencontré un propriétaire d'Unimog qui nous a tout de suite dit « Faisons cela chez moi, je m'y connais dans ce domaine ». Il m'a ensuite donné l'adresse d'un magasin et indiqué les pièces à acheter. C'est ainsi que nous avons mis en place 370 W sur le toit. Maintenant, l'alternateur est également raccordé au système. C'est comme ça que ça se passe chez nous : quand il y a un problème, nous nous en occupons pendant le voyage.

Sonja : Ce qui est agréable, c'est que partout où nous voyageons, nous savons qui contacter pour faire des travaux et il arrive également que nous nous fassions inviter.

Dirk : C'est vrai. La communauté Unimog est très vaste. Nous avons reçu des invitations pour aller au Chili et en Amérique du Nord. Il y a des fans d'Unimog partout et ils veulent nous aider ou simplement découvrir notre ELMO. Nous recevons souvent des messages de personnes qui disent « Passez donc nous voir ! ». C'est comme un fil rouge pendant votre voyage.

Sonja, Dirk et ELMO ont mis les voiles plus d'un an avant la date de départ prévue. Ils ont effectué quelques transformations en cours de route. En Crimée, Dirk a rehaussé les ailes de l'Unimog.
Dans le massif du Pamir, l'équipe ELMO a constaté qu'il fallait remplacer les amortisseurs. En Mongolie, c'était « aussitôt dit, aussitôt fait».
Ils ont également un peu bricolé en Australie. Avec l'aide d'un nouvel ami, ELMO s'est équipé d'une nouvelle installation photovoltaïque.
ELMO a aussi reçu de nouveaux pneumatiques en Australie.
Sonja, Dirk et ELMO ont mis les voiles plus d'un an avant la date de départ prévue. Ils ont effectué quelques transformations en cours de route. En Crimée, Dirk a rehaussé les ailes de l'Unimog.
1/4

Canada, États-Unis, etc. – Les prochaines destinations de l'équipe ELMO.

Vous êtes déjà allés très loin avec ELMO. Connaissez-vous déjà vos prochaines destinations ?

Dirk : Nous savons seulement que les États-Unis seront la prochaine étape après l'Australie. Nous y expédierons ELMO par navire. Ensuite, nous aimerions aller au Canada, mais nous n'avons encore aucune idée précise sur le lieu exact et ne savons pas non plus quand nous reviendrons aux États-Unis et descendrons jusqu'au Mexique. Nous nous laisserons simplement porter. Nous savons juste que nous voulons aller jusqu'à Ushuaïa, à la pointe sud de l'Argentine. Nous avons une vague idée de ce que nous voulons faire, mais nous restons ouverts à toutes les possibilités.

Sonja : Beaucoup de choses se décident en cours de route. Les locaux nous donnent beaucoup de conseils précieux. Ou bien nous décidons simplement d'aller où ça nous chante.

Dirk : C'est ce que nous préférons car nous ne savons jamais de quoi sera fait le lendemain.

Sonja: Sonja : Et ces surprises ne se commandent pas.

En savoir plus sur l'équipe ELMO.

Pendant leur tour du monde, Sonja, Dirk et ELMO vivent chaque jour des aventures passionnantes. Nous restons à leur écoute et vous raconterons prochainement la suite de leur voyage.

hidden-xs
visible-md and up (hidden-sm and down)
visible-lg and up (hidden-md and down)
visible-xl